Entre Montréal et Québec - Nicolas Pavo
Nicolas Pavo

Moi et la vie de jetset, ça ne fait qu’un! J’adore Montréal et New-York pour y passer du bon temps aux meilleures tables et dans les meilleures clubs. Travaillant très fort dans le domaine de l’investissement, j’aime bien profiter de la vie en mangeant bien et en écoutant les derniers hits des meilleurs DJ de ces deux métropoles. Ce blogue, c’est lorsque je prends du temps chez moi, pour vous faire part de mes pensées et de mes expériences. Bonne lecture!

Entre Montréal et Québec

Entre Montréal et Québec - Nicolas Pavo

Je suis ophtalmologiste depuis quelques années déjà, et je me suis spécialisé dans la chirurgie réparatrice. Mon parcours est un peu particulier parce que j’ai grandi en Roumanie, puis j’ai suivi une partie de mes études aux États-Unis, où j’ai travaillé 3 ans, pour ensuite reprendre des études au Canada afin d’obtenir mon équivalence, et de m’y installer.

Depuis cinq années déjà, je vis entre Québec et Montréal. Québec est une ville magnifique. J’y ai mon cabinet et un loft dont j’ai refait toute la décoration. Lorsque je l’ai acheté, c’était une surface inoccupée depuis des années. Un ancien entrepôt de marchandises face aux quais qui bordent le Saint-Laurent. Longtemps, ce quartier est resté industriel, puis déserté dans les années 70 suite à la crise pétrolière. Abandonnés, les locaux qui longeaient le fleuve se sont dégradés. Puis la mairie a décidé au début des années 80, de réhabiliter cette zone en un quartier immobilier. Des lots se sont vendus, des architectes ont transformé les anciens espaces commerciaux en lieux de vie. Les façades de pierres blanches et de briques ocre ont été mises en valeur. Les quais se sont transformés en jardins et en espaces piétonniers. Les calèches ont fait leurs apparitions, si bien que les véhicules ont presque disparu du quartier. La rive gauche de Québec s’est métamorphosée en un lieu de vie agréable et très pittoresque.

J’ai acheté l’un des derniers lots qu’il restait. Probablement invendu parce que trop grand pour en faire une habitation raisonnable, et trop petit pour être transformé en plusieurs appartements. Cette surface vide m’a permis de laisser libre cours à mon imagination, et de créer un espace parfaitement adapté à ce que j’aime. J’y ai laissé des structures métalliques apparentes, j’ai mélangé les matières brutes et le bois, et j’ai choisi de garder les espaces les plus ouverts possibles.

À Montréal, je travaille quelques jours par semaine, dans une clinique esthétique où je reçois des patientes adeptes du Botox rive-sud, qui ne supportent pas la moindre ride sur leur visage. La clientèle Montréalaise est très différente de la clientèle Québécoise, la vie locale aussi d’ailleurs. Dans cette ville, je profite du rythme de vie.

Il y a peu de temps, un confrère new-yorkais m’a proposé de m’associer avec lui à Manhattan. Mais retrouver une vie trépidante et citadine me fait réfléchir plus que de raison. Entre Montréal et Québec, j’allie tout ce que j’aime, la ville et la quiétude, la douceur du climat, la proximité du fleuve et de la montagne. J’ai beaucoup voyagé depuis ma vie en Roumanie, mais je crois qu’ici, je m’y sens chez moi.