Première expérience avec un bébé - Nicolas Pavo
Nicolas Pavo

Moi et la vie de jetset, ça ne fait qu’un! J’adore Montréal et New-York pour y passer du bon temps aux meilleures tables et dans les meilleures clubs. Travaillant très fort dans le domaine de l’investissement, j’aime bien profiter de la vie en mangeant bien et en écoutant les derniers hits des meilleurs DJ de ces deux métropoles. Ce blogue, c’est lorsque je prends du temps chez moi, pour vous faire part de mes pensées et de mes expériences. Bonne lecture!

Première expérience avec un bébé

Première expérience avec un bébé - Nicolas Pavo

Un jour, alors que j’avais à peine fini mes études universitaires, ma sœur Suzanne m’a appelé pour me dire qu’elle avait besoin de mon aide. Elle m’a demandé de garder sa petite fille pour la soirée, car sa gardienne l’avait lâché à la dernière minute. Elle m’a expliqué qu’elle devait assister à une conférence sur les inspection camera, du fait que son patron lui avait demandé de le faire pour développer ses compétences dans l’assainissement. À cette époque, ma petite nièce n’avait que six mois. Malgré le fait que je n’avais aucune idée de comment m’occuper d’un bébé, j’ai accepté, car je devais aider ma sœur. Elle m’a demandé d’arriver à 16 h, puisqu’elle devait partir à 18 h. Toutefois, j’ai été retenue sur la route à cause du trafic, donc, je ne suis arrivée que vers 18 h. À mon arrivée elle était déjà prête à partir. Elle m’attendait avec impatience. Vu qu’elle était en retard, elle m’a expliqué brièvement comment donner le biberon et changer la couche de la petite. Je lui ai dit de ne pas s’inquiéter, tout en la rassurant qu’il n’y aura pas de problème. En effet, je prévoyais de bien gérer la situation. Après son départ, ma petite nièce était calme, elle dormait. Mais après quelques heures, elle a commencé à pleurer. Je ne savais pas quoi faire, et j’ai commencé à paniquer. Je n’ai rien retenu de ce que ma sœur m’avait dit avant de partir. C’est là que j’ai appelé Suzanne, pour lui demander de l’aide, mais elle était injoignable. J’ai donc pris le bébé dans mes bras pour voir si cela allait la calmer, mais elle a continué à pleurer, elle poussait des cris. Cette situation m’a énormément tendue. Il était tard et elle était en train de réveiller tout le voisinage. C’est là qu’il m’est venu une idée, je l’ai emmené sur la terrasse et en un instant, elle s’est calmée pour s’endormir par la suite. Quand ma sœur a vu que j’avais essayé de la joindre. Elle m’a appelé et je lui ai raconté ce qui s’est passé. Elle m’a expliqué que c’était tout à fait normal, tout en me disant de préparer son biberon avant qu’elle ne se réveille. Quand elle s’est réveillée, j’ai changé sa couche et je lui ai donné son biberon. Elle n’a plus pleuré et s’est immédiatement rendormie, et j’ai pu en faire de même. Vers trois heures du matin, ma sœur était de retour. Je me suis excusé de l’avoir dérangé. Elle m’a dit que c’était tout à fait normal, qu’elle aussi, au début, elle paniquait quand son bébé pleurait. C’est là qu’elle m’a dit que je me suis bien débrouillée pour une première expérience.