Une heureuse rencontre - Nicolas Pavo
Nicolas Pavo

Moi et la vie de jetset, ça ne fait qu’un! J’adore Montréal et New-York pour y passer du bon temps aux meilleures tables et dans les meilleures clubs. Travaillant très fort dans le domaine de l’investissement, j’aime bien profiter de la vie en mangeant bien et en écoutant les derniers hits des meilleurs DJ de ces deux métropoles. Ce blogue, c’est lorsque je prends du temps chez moi, pour vous faire part de mes pensées et de mes expériences. Bonne lecture!

Une heureuse rencontre

Une heureuse rencontre - Nicolas Pavo

J’étais sur la route de ma maison pour rejoindre ma femme lorsque j’ai entendu quelqu’un derrière moi crier mon prénom. Je me suis retourné, mais je n’avais pas vu de qui il s’agissait. Il faisait plutôt sombre et la rue sur laquelle je me trouvais était encore remplie de monde. J’ai regardé un peu partout dans la direction où la voix provenait. Je n’avais vraiment aucune idée de qui cela pouvait être. La voix ne m’était pas du tout familière, mais c’était celle d’une femme. Peut-être qu’elle appelait quelqu’un d’autre qui porte juste le même prénom que le mien. Alors, j’ai continué mon chemin. La personne n’avait plus appelé, ce qui confirmait mon hypothèse. C’était mon avis, mais je m’étais trompé. Après une quinzaine de minutes, j’entendais encore la voix et je me suis retourné. Cette fois-ci, la personne était carrément derrière moi. Je n’avais aucune idée de qui il s’agissait, par contre, elle semblait très bien me connaître. Elle s’avança vers moi et me fit l’accolade. Je lui ai demandé à qui avais-je l’honneur. Elle a souri en me disant que c’était normal si je n’arrivais pas à me souvenir d’elle, qu’elle était une amie de ma mère et que je jouais toujours au cerf-volant avec son fils quand j’étais petit. C’est vrai que j’avais un ami qui jouait tout le temps à ce jeu avec moi quand j’étais petit, mais à cette époque, nous habitions à Montréal. Je fis cette remarque à la dame. Elle acquiesça en disant que je me rappelais de tout et qu’il s’agissait bien de son fils. Je voulais être poli et je lui ai proposé de venir à la maison pour prendre une tasse de café. En route, elle m’a raconté que son fils était déménagé, et qu’il était devenu orthophoniste québec, et qu’il se rappelait très bien de moi. Elle me racontait des tas d’autres souvenirs et au fur et à mesure, ma mémoire revint petit à petit. Je me souvenais enfin de cette femme. Elle nous faisait toujours des gâteaux lorsque je venais jouer avec son fils chez eux. C’est vrai que c’était une très bonne amie de ma mère. Je lui ai suggéré qu’elle aille lui rendre visite le lendemain si cela lui était possible. Mais hélas, elle ne pouvait pas. Elle n’était ici que pour trois jours et qu’elle devait prendre le premier vol le lendemain. C’était dommage, ma mère aurait été contente de la voir. Une fois arrivé chez moi, je voyais ma femme assise sur le canapé avec ma mère et je me suis mis à raconter mon heureuse rencontre à ma mère qui regrettait de ne pas l’avoir revu son amie.